Claudia Barainsky soprano
Marjana Lipovsek mezzo-soprano
Robin Leggate tenor
Ralf Lukas basse
Ilia Laporev violoncelle
Chœur Philharmonique Tchèque, Brno
Orchestre Philharmonique du Luxembourg
Emmanuel Krivine
direction





PRESSE
Nous sommes heureux de vous annoncer que l’enregistrement d’Epistola/Arc-en-cello du compositeur Ivo Malec (ref 1C1153) par l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg dirigé par Emmanuel Krivine vient de recevoir deux récompenses.

Il est distingué par un Orphée d’Or de l’Académie du Disque Lyrique pour le meilleur enregistrement de l’année dans la catégorie Musique Contemporaine (cérémonie du 27 avril à l’amphitéâtre de l’Opéra-Bastille) et par un Coup de Cœur de l’Académie Charles Cros (cérémonie qui a eu lieu au Théâtre de la Monnaie à Bruxelles le 5 avril dernier)…


La signature du grand Malec est bien là.
Gérard Condé - Diapason
 
L’Orchestre Philharmonique du Luxembourg, dirigé par Emmanuel Krivine, ainsi que le violoncelliste Ilia Laporev sont impressionnants de puissance.
Classica
 
Emmanuel Krivine porte à incandescence l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg.
Simon Corley - ConcertoNet
 
These two cds from timpani, both recorded in Luxembourg, offer an excellent introduction to one of the most exciting composers of today, one whose interest is predominantly in sound as sound, that aspect seized upon in these vividly recorded discs. Peter Grahame - Woolf-Musical Pointers

Ivo Malec prouve de main de maître qu’il est encore possible, avec ce langage si balisé de l’atonalité post-expressionniste et sans jamais se renier, d’écrire de grandes œuvres.
Thomas Rigail - Classiqueinfo.com

It will undoubtedly feature high in my list of Recordings of the Year 2009.
Hubert Culot - Musical Web Internationnal


IVO MALEC (*1925)

Epistola, cantate pour solistes, chœur et orchestre
Arc-en-cello, concerto pour violoncelle et orchestre




1C1153 | 1 CD DIGIPAK | DDD | 2006-2008 | 72’55"
Code-barre : 3377891311537


Ce nouvel enregistrement de l’Orchestre Philharmonique du Luxembourg dirigé par Emmanuel Krivine réunit deux oeuvres majeures et les plus récentes d’Ivo Malec. Si le titre du concerto Arc-en-cello fait référence à un monde sans limites des couleurs, il rend également hommage au «mystérieux» instrument qu’est le violoncelle (son spectre étonnant correspond parfaitement à celui des voix, hommes et femmes réunis) et dont l'archet, pénétrant son corps même, le laboure, le fait crier ou tourbillonner, sinon vivre et chanter, nous invite à réfléchir. Le SON qui en émerge ne se voudrait alors ni du «dialogue» ni du «partenariat», mais de fusion!
Quant à Epistola, très proche par son langage musical d’Arc-en-cello, elle en est bien éloignée par sa source et ses dimensions, par ses ambitions et sa forme. Le compositeur a écrit ceci: «Il y a une dizaine d’années, j'ai pu lire le texte latin (en traduction française) d’une lettre bouleversante adressée en 1522 au pape Adrien VI par l’éminent poète et humaniste croate Marko Marulic (Split, 1450-1524) ; il y implorait son aide pour résister à l’invasion des Turcs arrivés aux portes de sa ville natale. Le véritable choc qu’a provoqué en moi la lecture de ce texte venait du parallèle évident entre la description par Marulic des horreurs de cette invasion et celle que venait de subir mon pays d’origine pendant la guerre des années 90 du siècle dernier.
Bien que le contenu spirituel et la forme littéraire de cette Epistola n’appelaient pas a priori l’idée d'une «mise en musique», le musicien en moi en a entendu le son «sur le champs».
Touché dès la lecture de ce texte, Ie compositeur en a néanmoins laissé mûrir l'idée
pendant dix ans avant de décider d'écrire, à partir de ce texte d’une actualité toujours
brûlante, une vaste partition. Pour donner une dramaturgie nécessaire à cet ensemble de 45
min, les diverses parties de l'oeuvre d'une violence souvent torrentielle, sont équilibrées par de fréquentes accalmies ou transparences soudaines. Gardant le latin, le tout est composé comme une suite de présences variées allant du solo au quatuor, du choeur a cappella, voire accompagné, au grand tutti avec orchestre, qui, très actif par ailleurs, donne une enveloppe constante au discours musical et en est parfois l'acteur unique. L’oeuvre finit sur les mots
«pacis amor», vraie source d’inspiration d’Epistola d’Ivo Malec.

TRACKLIST:

1 - Epistola
2 - Arc-en-cello


© Copyright Timpani 2006